Accueil Revues Revue Numéro Article

2012/2 (n°65)

  • Henni 496510172120 Waldläufer Femmes Platine Mocassins Pages :152
  • ISBN : 9782804176686
  • DOI : 10.3917/tl.065.0007
  • Éditeur : De Boeck Supérieur

ALERTES EMAIL - REVUE Travaux de linguistique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 7 - 26 Article suivant
1

Cette présentation a pour objectif de proposer un vaste panorama des emplois de bien, ainsi qu’une bibliographie aussi complète que possible des nombreux travaux consacrés à ce terme, afin de situer les études réunies ici dans le champ des recherches existantes. La présentation des emplois de bien est organisée en fonction de propriétés syntaxiques et distributionnelles du morphème, dans une perspective descriptive donc, et la question de la pertinence d’une analyse en termes de polysémie ou d’homonymie ne sera pas abordée ici [1][1] Sur ce point, voir notamment les travaux de Culioli....

2

La description s’articule autour des trois principaux types d’emplois – qui correspondent à un parcours de grammaticalisation (voir Hopper & Traugott, 2003) et de pragmaticalisation (voir Dostie, 2004 ; Dostie & Pusch, 2007 ; Waltereit, 2007) bien identifié – de bien : adverbe de constituant, adverbe de phrase et marqueur discursif :

[1]

a. J’ai déniché d’étonnantes adresses… Des petits bistrots de banlieue inconnus où l’on mange divinement bien ! (Anouilh, Chers Zoiseaux, 1977) [2][2] Sauf indication contraire, les exemples sont issus...

b. Je voulais simplement vérifier que l’affaire s’était bien déroulée ainsi… (Chabrol, La Folie des miens, 1977)

c. Plus de cinq litres ! Au moins dix ! Et je m’en serais farci près de la moitié, ce matin-là. La moitié, bien, je me souviens de l’engueulade ! Rien ne pouvait m’écœurer ! (Chabrol, La Folie des miens, 1977)

3

Quelques considérations sur les emplois dits « adjectivaux » de l’adverbe, l’utilisation de bien dans des énoncés contenant un auxiliaire modal, les similitudes et les différences entre bien et ben, ou encore le rôle de bien dans la constitution de morphèmes subordonnants et de marqueurs discursifs seront également exposées [3][3] Les emplois nominaux ne sont pas pris en considération :....

4

La valeur première d’adverbe de manière est très consensuellement attribuée à l’adverbe de constituant bien (voir Péroz, 1992 : 14), qui reçoit une glose légèrement différente de celle généralement utilisée pour ce type d’adverbes : bien signifie non pas ‘d’une manière bonne’ mais bien ‘de la bonne manière’, c’est-à-dire, au sens premier de bon (voir DHLF[4][4] Dictionnaire Historique de la Langue Française. 1995 : 243), ‘de la manière qui convient’. L’adverbe pose donc un jugement axiologique positif sur la qualité de réalisation d’un procès, conforme aux attentes du locuteur en regard d’une norme implicite :

[2]

a. Aux États-Unis, un gentleman est un homme qui se conduit bien en toute circonstance. (Green, Journal, 1946)

b. le baron dansait bien, mais n’aimait pas la danse (Yourcenar, Le Labyrinthe du monde, 1974) [5][5] Excepté avec les verbes qui se construisent nécessairement...

5

Cette norme implicite par rapport à laquelle se positionne le locuteur varie en fonction du sens du prédicat – s’il s’agit bien de la qualité de réalisation du procès décrit dans les deux cas, chanter bien et écouter bien mettent en jeu une composante sémantique spécifique à chacun de ces verbes –, des compétences potentielles de l’agent – cf. Il (parle + écrit) bien, selon qu’il s’agit d’un jeune enfant ou d’un orateur (ou d’un écrivain) confirmé – et des attentes du locuteur en fonction du procès décrit et des compétences qu’il prête à l’agent. L’évaluation peut viser différentes composantes d’un même procès. En [3] :

[3]

« Tiens bien ta fourchette » (B & F. Groult, Il était deux fois, 1968)

6

il peut s’agir de tenir l’objet fermement, de le tenir correctement, c’est-à-dire de manière à en permettre une utilisation optimale, ou encore conformément à l’usage de certaines catégories sociales, c’est-à-dire élégamment.

7

Comme tous les adverbes de manière, Henni Platine Femmes Waldläufer Mocassins 496510172120 bien est gradable (Il danse très bien), est inclus dans la portée de la négation dont il peut constituer le foyer Salabobo Bout Ouvert Bout Salabobo Ouvert Femme Femme Noir Noir Ua5O4x[6] Sur les différences entre la portée et le foyer de... (Il ne danse pas bien), peut être remplacé pour son antonyme mal (Il danse mal) et constitue une réponse acceptable à une interrogative en comment (Waldläufer 496510172120 Femmes Platine Mocassins Henni Comment a-t-il dansé ?/ Bien) [7][7] Ces caractéristiques de l’adverbe de manière bien ont....

8

Péroz (1992 : 44) constate que l’adverbe de manière bien « apparaît plus facilement avec des verbes ayant un sens positif, et qu’on le rencontre moins avec des verbes ayant un sens opposé ». Les verbes ayant un sens négatif en effet sont peu compatibles avec un jugement axiologique positif, et l’adverbe tend alors à recevoir une interprétation quantifiante ou intensive : [8][8] Voir également Martin (1990 : 81-82).

[4]

a. En Italie, je me suis bien ennuyé. (Valéry, Correspondance, 1942)

b. […] mais l’hiver venait et la troupe a bien souffert. (De Gaulle, Articles et écrits, 1975)

9

Dans ce cas, bien est glosable par ‘beaucoup’, dont il n’est cependant pas synonyme, ayant une distribution différente. En [5] :

[5]

Si j’avais attendu un patriarche courroucé, cambré, majestueux, je m’étais bien trompé. (Tournier, Le médianoche amoureux, 1989)

Chaussures Zipper De Blanches Course Sport Assorti Black Tout Shiney Femmes 2018 tqnaRwxPE

bien fonctionne comme un « adverbe de complétude » [9][9] Voir Molinier & Lévrier (2000 : 188-189)., glosable par ‘complètement’.

11

Lorsque l’adverbe bien reçoit une valeur quantifiante ou intensive, il n’est pas gradable (*Il s’est très bien ennuyé), n’est pas compatible avec la négation (*Il ne s’est pas bien ennuyé), ne peut être remplacé par l’adverbe mal (*Il s’est mal ennuyé), et ne permet pas de répondre à une interrogative portant sur la quantité ou l’intensité (– S’est-il beaucoup ennuyé ? – *Bien/Pas mal).

12

Avec certains prédicats, les interprétations qualifiante et quantifiante ne sont guère dissociables :

[6]

Dormez bien, mangez bien, prenez des forces. (Genevoix, Ceux de 14, 1950)

13

D’autres prédicats admettent ces deux interprétations, le co-texte ou le contexte permettant le cas échéant de trancher :

[7]

[…] Drifter, qui se piquait d’avoir lu, et bien et beaucoup lu, […] (Labro, Des bateaux dans la nuit, 1982)

14

Comme de nombreux adverbes de manière, incidents à un adjectif ou à un adverbe gradables, bien porte sur le degré d’intensité, et est glosable par ‘très’ [10][10] Voir notamment Nøjgaard (1995), Guimier (1996), Molinier... :

[8]

a. – Vous êtes bien gentil, […] (Benoziglio, Cabinet portrait, 1980)

b. On lut bien vite le feuilleton-roman de préférence à tout le reste. (Morienval, Les créateurs de la grande presse en France, 1934)

15

Il en est de même dans certaines expressions construites à partir d’un verbe support et d’un nom nu :

[9]

J’ai bien peur que ces chemins-là ne mènent pas à Rome. (B. & F. Groult, Journal à quatre mains, 1994)

16

Bien, compatible avec la négation (ce n’est pas bien difficile, Rambaud), n’est pas gradable (*Il est très bien gentil), et ne peut généralement pas être remplacé par mal (*Il est mal gentil) [11][11] Sur les exemples comme […] et puis celui-là il était....

17

Il est vraisemblable que le glissement de l’incidence verbale, caractéristique des adverbes de manière, à une incidence adjectivale – et, par suite, d’une interprétation qualifiante à une interprétation intensive –, se soit effectué par l’intermédiaire des participes passés, considérés par Nøjgaard (1995 : 18) comme constituant un « domaine de transition » entre la détermination verbale et la détermination adjectivale. En effet, pour des raisons sémantiques, certains participes passés sont exclusivement compatibles avec une interprétation de manière, d’autres sont compatibles aussi bien avec une interprétation de manière que de degré, d’autres encore sont exclusivement compatibles avec une interprétation de degré :

[10]

a. C’est bien filmé, bien joué même si ce n’est pas aussi métaphysique que la critique veut le dire. (Lagarce, Journal 1977-1990, 2007)

b. […] elle était bien maquillée, […] (Morgiève, Un petit homme de dos, 1988)

c. Le pauvre Georges est bien fatigué, […] (Groult, Mon évasion, 2008)

18

Dans le premier cas, bien admet la seule interprétation qualifiante, glosable par « conformément aux attentes du locuteur ». L’adverbe admet une variation de degré (très bien filmé, très bien joué) et la substitution d’un adverbe de degré à bien provoque l’inacceptabilité de l’énoncé (*très filmé, *très joué). Dans le deuxième, bien peut recevoir l’une ou l’autre des acceptions qualifiante et quantifiante : il s’agit soit d’une évaluation positive de la qualité du maquillage (dans ce cas, l’adverbe est graduable : très bien maquillée), soit d’une évaluation portant sur la quantité de maquillage, glosable par ‘très maquillée’, voire ‘trop maquillée’. L’intonation peut alors exercer une influence sur l’interprétation. Dans le troisième, la fatigue étant difficilement compatible avec une évaluation positive, bien dénote le degré, ce qu’indique la glose possible par très (Je suis très fatigué) et l’impossibilité d’associer à bien un adverbe de degré (*Je suis très bien fatigué) [12][12] Voir Péroz (1992)..

19

L’adverbe bien conserve une valeur évaluative et marque un jugement portant sur le degré d’intensité, jugement relatif à une norme implicite correspondant aux attentes du locuteur. La spécificité de bien consiste alors à indiquer que la qualité décrite par l’adjectif atteint un degré qui dépasse les attentes du locuteur, d’où le possible effet de ‘surprise’ et les connotations potentiellement négatives notées par Péroz (1992 : 60 et sq.) [13][13] Voir également Lenepveu (2007)..

20

La distribution de bien n’est pas identique à celle de très[14][14] Voir également Martin (1990) et Hansen (1998b)., l’adverbe étant compatible avec des termes non gradables : [15][15] Voir Bacha (2004)

[11]

a. Le monde m’était bien égal. (d’Ormesson, La douane de mer, 1991)

b. Et ils avaient bien raison. (Forlani, Gouttière, 1989)

21

Dans ce cas, bien correspond à un « adverbe de complétude », glosable par ‘tout à fait’.

22

L’adverbe bien permet enfin d’évaluer l’intervalle entre deux points dans les constructions comparatives :

[12]

Je suis bien plus facile à vivre qu’eux, […] (Arnaud, Qu’as-tu fait de tes frères ?, 2010)

23

ce qui est glosable par ‘beaucoup’. Les deux adverbes présentent toutefois des distributions différentes, bien pouvant être incident à des adverbes comme davantage et beaucoup :

[13]

a. Il en fallait bien davantage pour nous décourager. (Brière-Blanchet, Voyage au bout de la révolution, 2009)

b. Quel fut mon émoi,/ en constatant, sur son assiette/ huit noyaux ! C’était bien beaucoup : […] (Ponchon, La Muse au cabaret, 1920),

24

avec des syntagmes comme au contraire ou malgré moi :

[14]

a. Mais elle n’en pouvait plus d’entendre son mari geindre, pétri de douleurs – et sans aucun espoir d’une amélioration, bien au contraire. (Castel, Retour d’exil d’une femme recherchée, 2009)

b. J’attends… Bien malgré moi, pourtant : j’essaie de me détacher de cette dépendance, mais c’est inconcevable en un jour si particulier. (Castel, Retour d’exil d’une femme recherchée, 2009),

25

ou encore être utilisé pour évaluer un écart par rapport un repère temporel ou spatial :

[15]

a. […] les manches s’arrêtaient bien au-dessus du poignet, […] (Bianciotti, Sans la miséricorde du Christ, 1985)

b. […] je compris que mon sort s’était décidé bien avant la réunion. (Brière-Blanchet, Voyage au bout de la révolution, 2009)

c. Jean Weber s’est remarié, bien des années plus tard, avec Léna. (Schroeder, Journal d’occupation, 2000).

26

Enfin, comme de nombreux adverbes de quantité (assez, beaucoup, trop, etc.), suivi d’un nom massif au singulier ou d’un nom comptable au pluriel, bien (de) fonctionne comme « déterminant adverbial indéfini » :

[16]

a. Cet envoi m’a coûté bien de la peine et de la fatigue. (Auroy, Jours de guerre, 2008)

b. […] depuis mon éjection honteuse de ce bureau Eaton, bien de l’eau avait coulé sous les ponts !… (Simonin, Confessions d’un enfant de la Chapelle, 1977)

c. […] et cet examen comporte bien des surprises. (Ozouf, Composition française : retour sur une enfance bretonne, 2009)

27

Bien de (SN) est alors glosable par ‘beaucoup de (N)’.

Bottes Collection À Cuissardes Marron Talon Eté Printemps Xti Femme dXZCzwxC
28

Le déterminant indéfini bien de (SN) est incompatible avec une forme de gradation (*Tu as très bien de la chance), et, en synchronie tout au moins, difficilement compatible avec une négation complète (Il n’a pas bien (*des + ?d’) amis). Comme l’indiquent Gaatone (1990) et Bacha (2004), bien (de) se distingue des autres déterminants indéfinis construits sur une base adverbiale (assez, beaucoup, pas mal, trop etc.) par le fait qu’il est nécessairement suivi d’un syntagme nominal (Tu as (*bien + beaucoup + pas mal) de chance), qu’il ne permet pas de répondre à une question en combien (Combien en as-tu lu ?/ (*Bien + Beaucoup + Pas mal)), qu’il apparaît difficilement dans une tournure interrogative (Est-ce qu’il a (*bien des + beaucoup d’) amis ?) et qu’il ne peut remplir la fonction de sujet ((*Bien + Beaucoup + Pas mal) ont répondu). En outre, bien ne permet pas la « quantification à distance » (Mocassins Platine Waldläufer Henni 496510172120 Femmes Il a (*bien + beaucoup) vu de films) [16][16] Voir Obenauer (1983)., et se construirait difficilement avec le pronom en (Il en a vu (*bien + beaucoup), des films) [17][17] Voir l’exemple suivant, relevé lors d’un repas : –....

29

Le déterminant indéfini bien de (SN) indique que la quantité (ou le degré d’intensité) évalué(e) est supérieur(e) aux attentes du locuteur [18][18] Voir Péroz (1992 : 83). Pour une interprétation alternative,....

30

En sus de ses emplois d’adverbe de constituant, bien est susceptible de remplir les fonctions adjectivales d’épithète et d’attribut :

[17]

a. – Mais au moins, madame, est-ce que ce sont des gens bien ? (d’Ormesson, Tous les hommes sont fous, 1986)

b. Il me dit : elle est bien ta chambre, Christine. (Angot, Rendez-vous, 2006)

31

Aiguille Coqué Paillettes Caché Talon Suédine Embout Métal Escarpin Avec Femmes Noir Plateforme Et f6qy5pIl ne s’agit pas à proprement parler d’une conversion, dans la mesure où lorsqu’il est épithète ou attribut, bien conserve l’invariabilité caractéristique des adverbes, d’où l’étiquette d’emplois dits « adjectivaux » [19][19] Le TLFi consacre toutefois une entrée à l’adjectif.... Précédé de la préposition de, bien participe également d’un paradigme adjectival des tournures comme ci-dessous :

[18]

a. C’est quelqu’un de gentil, tu sais, c’est quelqu’un de bien. (Proust, Du côté de Guermantes, 1920)

b. Il n’y eut qu’une chose de bien, d’émouvante, c’est la Rhapsodie nègre de Poulenc. (Havet, Journal 1918-1919, 2003)

32

Adverbe extraprédicatif, bien « ne fait pas partie du contenu propositionnel de la phrase qui l’accueille » et « a pour portée la phrase entière » (Hansen, 1998b : 117) :

[19]

a. Oui, il s’agissait bien d’un cagibi, […] (Bianciotti, Le pas si lent de l’amour, 1995)

b. […] il y a bien quelque chose sous le soleil que nous appelons le monde. (d’Ormesson, La Douane de mer, 1993)

33

Dans ce cas, l’adverbe n’est pas gradable (*Il s’agit très bien de ça), difficilement compatible avec la négation (*Il ne s’agit pas bien de ça) [20][20] Voir néanmoins l’exemple suivant : Et puis moi je le..., et ne peut être remplacé par mal (*Il s’agit mal de ça). Bien est analysable comme un adverbe assertif (Hansen, 1998b), mais se distingue des autres adverbes de ce type [21][21] Sur les adverbes assertifs, voir Borillo (1976)., par exemple effectivement qui en constitue régulièrement une glose acceptable, en ce qu’il ne peut occuper une position initiale (Effectivement, il s’agissait d’un cagibi vs *Bien, il s’agissait d’un cagibi) ni constituer une réponse appropriée à une interrogative totale Est-ce que tu l’as vu hier ?/ (Effectivement + *Bien).

34

Martin 1990 identifie trois valeurs distinctes de l’adverbe de phrase bien : bien de confirmation (cf. [20]), bien inférentiel (cf. [21]) et bien d’approximation (cf. [22]) :

[20]

a. Il a bien perdu son portefeuille ! (cit. Martin, 1990 : 85)

b. Je prendrais bien un petit verre. (cit. Martin, 1990 : 85)

[21]

a. Vous avez bien une minute ? (cit. Martin, 1990 : 86)

b. Il y a bien Pierre. (cit. Martin, 1990 : 86)

[22]

Elle a bien quarante ans. (cit. Martin, 1990 : 87),

35

tandis que Péroz (1992) en établit six : le « confirmatif » (Nous avons bien reçu votre lettre), le « confirmatif temporel » (On achève bien les chevaux), la « prophétie » (Il partira bien un jour), la « sollicitation » (Vous entrerez bien cinq minutes), l’« optatif » (Tiens, je prendrais bien une petite bière, moi) et le « concessif » (Si j’avais de l’argent, je partirais bien à Tahiti).

36

Pour sa part, Hansen (1998b) analyse les différents effets de sens de l’adverbe extraprédicatif bien à partir de la valeur fondamentale suivante : « en tant qu’adverbe de phrase, bien fonctionne comme marqueur de renforcement de l’assertion. En d’autres termes, le locuteur indique, de manière emphatique, son engagement vis-à-vis de l’existence de l’état de chose dénoté par la phrase » (Hansen, 1998b : 114). Selon cet auteur, « bien assertif constitue une contrepartie marquée de la négation » (Hansen, 1998b : 112), ce qu’illustre de façon particulièrement convaincante le contraste entre les exemples donnés en [23], dans lesquels bien est glosable par ‘au moins’, et ne… pas par ‘au plus’ :

[23]

a. Il y avait bien dix minutes qu’ils étaient arrivés. (Duras, Un barrage contre le Pacifique, 1950)

b. Il n’y avait pas dix minutes qu’ils étaient arrivés.

37

À l’inverse d’un énoncé négatif, qui présuppose un énoncé contrefactuel positif (voir Ducrot, 1973, 1984), les énoncés contenant l’adverbe extraprédicatif bien (Il est bien venu hier) se distingueraient des énoncés affirmatifs « neutres » (Il est venu hier) en ce qu’ils présupposent un point de vue négatif. Présentant « une pluralité de points de vue divergents » (Hansen, 1998b : 114), ils sont donc analysables en termes de polyphonie [22]Henni Platine 496510172120 Mocassins Femmes Waldläufer [22] Morel (1996 : 23) étend ce fonctionnement à l’ensemble....

38

Le caractère fondamentalement polyphonique de l’adverbe extraprédicatif bien explique sans doute son importance dans les stratégies concessives. Selon Morel (1996 : 23-24) en effet, « en tant qu’adverbe concessif, bien marque l’assentiment de l’énonciateur à une assertion préalable dont il n’est pas nécessairement l’auteur, à un jugement qu’il suppose partagé par celui auquel il s’adresse […], et qui aurait pu être exclu en fonction de la position défendue par l’énonciateur » :

[24]

Au pied de notre trinité masculine, on apercevait bien une forme prosternée, la Vierge Marie. Mais elle constituait à la fois, par sa conception immaculée et sa virginité, un double défi à la nature et donc un modèle impraticable pour les femmes. (Groult, Mon évasion, 2008)

39

Enfin, l’usage de bien dans les structures disjonctives comme en [25] :

[25]

Elles viennent de la rue de l’Assomption ; ou bien de la rue de Boulainvilliers ; ou encore de la rue Raynouard. (Roubaud, Poésie : récit, 2000)

40

peut-être corrélé à la « mise en doute » de « la vérité du contenu asserté » (Hansen, 1998b : 121) caractéristique de l’emploi extraprédicatif.

Bottes 43 Red Ronde 40 Femmes Broderie Court Gland Grande Xie Tube Tête Femelle Plat Taille Talon wHg1nFvq

Martin (1990 : 80) propose une tripartition des emplois de bien en français contemporain, adverbe de constituant, adverbe de phrase ou adverbe de prédicat modalisant, c’est-à-dire d’« un prédicat dont l’un des arguments est propositionnel et qui modalise cette proposition ». Selon cet auteur, bien peut alors produire un effet « d’atténuation » (Waldläufer Mocassins Henni 496510172120 Platine Femmes Je sais bien que p ; Il me semble bien que p) ou de « renforcement » (Je crois bien que p ; Il se peut bien que p). Pour sa part, Hansen (1998b) intègre ce cas de figure à l’emploi assertif décrit à la section précédente, comme le montrent les exemples [25] que l’auteure utilise dans la discussion :

[26]

a. Florine, on n’a toujours pas dit qu’on l’avait vue en boîte le soir de sa grippe. Ça vaut bien une faveur, ça. (cit. Hansen, 1998b : 118).

b. Aujourd’hui, tout homme bien élevé fait ça avec grâce et naturel. Mais pour en arriver là, il lui a bien fallu découvrir l’objet, s’exercer, se lancer pour la première fois. (cit. Hansen, 1998b : 120).

42

Il s’agit là d’une question complexe. En effet, si l’adverbe bien semble effectivement manifester une affinité particulière pour les énoncés contenant des verbes modaux, il n’en demeure pas moins que ces verbes ne se construisent généralement pas avec un adverbe de prédicat (notamment un adverbe de manière). Il faudrait donc définir le statut particulier des « adverbes de prédicat modalisant », et vérifier si des adverbes autres que bien appartiennent à ce paradigme. Par ailleurs, les verbes cités par Martin (1990) ne présentent pas tous les mêmes propriétés : s’il est exclu d’associer à devoir ou pouvoir un adverbe de prédicat, les verbes croire et savoir admettent quelques rares adverbes de manière (croire fermement ; savoir pertinemment). En outre, associé à savoir, bien est gradable :

[27]

Tu sais très bien que c’est une des choses qui m’ont attiré vers toi… (Bernard, Monsieur Codomat, 1907)

[28]

a. Je peux très bien y aller. (Proust, Sodome et Gomorrhe, 1922)

b. C’est marrant comme titre, mais qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? (Anouilh, Chers Zoiseaux, 1977)

b. *Qu’est-ce que ça peut très bien vouloir dire ?

44

et ne l’est pas associé à devoir, à croire ou à falloir :

[29]

a. Entre ces grands esprits, un tel échange doit bien, rétrospectivement, témoigner d’une légère migraine idéologique. (Genette, Bardadrac, 2006)

a’. *Un tel échange doit très bien témoigner d’une légère migraine idéologique. [24][24] La seule interprétation possible de cet énoncé consiste...

b. Je crois bien qu’un jour nous en avions parlé. (Brière-Blanchet, Voyage au bout de la révolution, 2009)

b’. *Je crois très bien qu’un jour nous en avions parlé.

c. Il faut bien que je fasse mon travail. (Ernaux, L’événement, 2000)

c’. *Il faut très bien que je fasse mon travail [25][25] Même remarque que précédemment : la seule interprétation....

45

Il n’est donc pas certain que la dichotomie « adverbe de phrase » vs « adverbe de constituant » suffise à rendre compte de l’ensemble des emplois de bien, comme en attestent également les exemples suivants :

[30]

a. – Je me demande bien pourquoi, s’énerve Laura. (Bois, Et le jour pour eux sera comme la nuit, 2009)

b. On veut bien si c’est toi qui nous savonnes. (Anouilh, Chers Zoiseaux, 1977)

c. Or, j’aime bien savoir ce que je mets dans mon verre. (François, Bouquiner, 2000)

46

Bien connaît enfin des emplois de « marqueurs de structuration de la conversation » (Auchlin, 1981) ou « marqueurs discursifs » (Dostie et Pusch, 2007) :

[31]

a. Le seul point positif : le risque qu’il a pris en me suivant, alors que tous venaient de me voir partir. Vraiment le seul. Bien. Et moi ? Quelle conduite tenir ? (Ernaux, Se perdre, 2001)

b. Bien, récapitulons : qu’on me laisse mes yeux pour lire, mes mains pour tourner les pages et mes jambes pour courir les libraires. (François, Bouquiner, 2000)

47

Selon Dostie & Pusch (2007 : 5), les marqueurs discursifs « servent au locuteur à se positionner par rapport à son discours ou par rapport à celui de l’interlocuteur » ; « Ils apparaissent à des endroits stratégiques et ils contribuent à rendre efficaces les échanges conversationnels, ainsi qu’à aider l’interlocuteur à décoder la façon dont le locuteur conçoit le sens purement propositionnel exprimé et se positionne par rapport à celui-ci » [26][26] Les exemples donnés en [30], issus de corpus écrits,.... Par conséquent, les marqueurs discursifs « expriment bel et bien un sens – mais un sens différent de celui associé aux unités qui appartiennent aux classes traditionnelles » (Dostie & Pusch, 2007 : 6).

48

Le « connecteur argumentatif » eh bien[27][27] Voir Sirdar-Iskandar (1980)., qui présente l’énoncé qu’il introduit comme « une suite inattendue de la situation S » (laquelle peut avoir fait l’objet d’une explicitation verbale) s’analyse comme un type spécifique de marqueur discursif :

[32]

a. Tenez, par exemple, le mois dernier mon frère a eu un grave accident. Eh bien, je n’ai rien ressenti, aucun effet. (Pontalis, Fenêtres, 2000)

b. Comme cela devrait être banal ! Eh bien ! cela ne l’est pas. (Schroeder, Journal d’occupation, 2000)

49black Noir Fermé Bout 001 Escarpins Eriko Smith Femme Windsor a0wfqxP

Comme l’indique Waltereit (2007 : 98), ben correspond historiquement à « une variante dialectale de bien » :

[33]

Vous sçavez ben monsieur, qu’il fasche ben aulx gens quand les aultres se mocquent d’eulx. (Des Périers, Nouvelles récréations et joyeux devis, 1558)

50

Si cette forme n’est plus guère usitée dans les emplois adverbiaux en français hexagonal [28][28] Une étude phonologique précise de réalisations orales... :

[34]

« Je vais vous faire une réponse de Gascon : p’têt’ ben qu’oui, p’têt’ ben qu’non. » (Genette, Bardadrac, 2006),

51

son usage est largement répandu en français du Québec [29][29] Voir D’Amboise & Léard (1996) ainsi que Bouchaddakh... :

[35]

a. Ah ! on est b(i)en au soleil… pas vrai ? (cit. Bouchaddekh & Dostie, 2007 : 23)

b. Tes cheveux sont b(i)en coupés. (cit. de Bouchaddekh & Dostie, 2007 : 23)

c. Il est b(i)en jeune ce garçon. (cit. Bouchaddekh & Dostie, 2007 : 24),

52

qui utilise également, en contexte négatif, la forme redupliquée benben[30][30] Voir Junker & Vinet (1995) et Dostie (2013). :

[36]

a. * Elle chante benben. (cit. Junker & Vinet, 1995 : 78)

b. Elle chante pas benben. (cit Junker & Vinet, 1995 : 78) [31][31] Une variété de français acadien de la Nouvelle-Écosse....

53

En français hexagonal, ben est essentiellement utilisé comme marqueur discursif, et apparaît très couramment en début de réponse [32][32] Voir Auchlin (1981a : 151). :

[37]

a. spk1 : et ça vous en étiez plus ou moins consciente

spk2 : ah oui oui ben moi j’étais ravie hein (CFPP 2000, 7-01)

b. spk3 : non il y en avait une il y a longtemps et puis finalement ça devait revenir très cher à la copropriété donc euh

spk2 : ben c’est sûr que ça a un coût (CFPP 2000, 7-01) [33]Couleur white Sport 37 De Eu Chaussures Taille Mode A Femmes Gray 5 Sas Gris La qvHA1R.

54

Luzzati (1982) interprète ben comme un « succédané oral » de eh bien. Selon Hansen (1995a : 34), Platine Femmes Henni Waldläufer 496510172120 Mocassins ben « marque la non pertinence (au sens de Sperber & Wilson, 1986) d’un contenu, d’un acte illocutoire ou d’énonciation ». [34][34] Voir Aslanov (à par.).

55

Rappelons enfin que plusieurs morphèmes sont construits à partir de bien, en particulier l’interrogatif combien :

[38]

En quore demanday je au moyne com bien il avoit de tamps qu’il fut fait, il me dist qu’il povoit bien avoir CCLX ans et souloit estre au comensemant abbaye et […] (N. de Caumont, Le Voyatge d’Oultremer en Jherusalem, p. 1420, Henni Femmes Mocassins 496510172120 Platine Waldläufer DMF) [35][35] Dictionnaire du Moyen Français.

56

les locutions concessives bien que et quand bien même[36][36] Voir notamment Danon-Boileau & Morel (1982), Jayez... :

[39]

a. Je comprends ce genre de sensation bien que je ne l’aie éprouvée qu’une seule fois, le jour où on m’annonça le décès de mon père ; […] (Bianciotti, Sans la miséricorde du Christ, 1985)

b. Elle se souvenait d’avoir lu, jadis, au cours des heures consacrées à l’étude de la théologie pour son plaisir, qu’un écossais avait imaginé que le Fils de Dieu se serait incarné quand bien même l’homme n’eût pas péché. (Bianciotti, Sans la miséricorde du Christ, 1985),

57

la locution consécutive (tant et) si bien que :

[40]

a. La lune était presque pleine, elle était carrément posée sur la table, si bien que j’avais pas besoin d’allumer. (Djian, 37°2 le matin, 1985)

b. Une fois de plus, dans l’histoire, ordre fut donné de tout incendier en se retirant, tant et si bien que le ravitaillement en vivres et en munitions devient de jour en jour un problème plus insoluble. (Schroeder, Journal d’occupation, 2000),

[41]

Il est vrai qu’Adélaïde aussi bien que moi nous avions la prévoyance de leur laisser des pourboires que rien ne justifiait. (Bianciotti, Sans la miséricorde du Christ, 1985)

59

mais aussi le connecteur discursif aussi bien[38][38] Voir Michiels (1998) et Guimier (2009). :

[42]

Maintenant je suis pressée de rentrer pour tâcher de retrouver dans ma bibliothèque le livre d’où a pu être tirée cette histoire. Aussi bien je me trompe et cette scène m’en rappelle une presque pareille, […] (Ndiaye, Autoportrait en vert, 2005)

60

et les marqueurs d’assentiment bien sûr et bien entendu[39][39] Voir Anscombre (2001) et Vladimirska (2008). :

[43]

a. Voyez-vous, si, bien sûr, vous le voyez… (Bianciotti, Sans la miséricorde du Christ, 1985)

c. La mère de Rosette, bien entendu, était là. (Bianciotti, Sans la miséricorde du Christ, 1985).

Bride Salabobo Silver Arriere Bride Arriere Femme Femme Salabobo Bride Arriere Silver Bride Femme Salabobo Silver Salabobo Arriere qx7qzAw8a

Il est à noter enfin que ben entre dans la composition de marqueurs discursifs complexes (ben voilà, ben dis donc, ah ben, ben voyons, ben quoi, eh ben, ben alors, bon ben, etc.) [40][40] Sur les différences entre combinaison libre de marqueurs....

62

Ces quelques exemples le montrent, bien intervient dans un nombre considérable de contextes, dont deux thèses – ayant donné lieu chacune à un ouvrage – et une cinquantaine d’articles (cf. bibliographie ci-dessous) n’ont pas épuisé la matière. L’objectif de ce volume consiste à contribuer à l’analyse de ce terme sur quelques points précis, des études complémentaires sur d’autres aspects devant être envisagées à l’avenir. Cyril Aslanov analyse, dans une perspective diachronique et comparatiste, différents continuateurs de l’adverbe latin bene dans les langues romanes. Pierre Larrivée et Estelle Moline s’intéressent aux processus de grammaticalisation sous-jacents à la création de la locution bel et bien et décrivent ses spécificités sémantiques. Cécile Barbet examine pouvoir bien et analyse les différences observées en fonction des valeurs spécifiques du modal pouvoir. Michel Pierrard étudie aussi bien que dans le contexte plus général des marqueurs d’identité similative, lesquels interviennent régulièrement dans la comparaison et dans la coordination. Gaétane Dostie étudie les associations de marqueurs discursifs, en particulier les collocations discursives dans lesquelles ben est antéposé (ben oui, ben non) ou postposé (t’sais ben, regarde ben) à un autre marqueur qui le sélectionne. Florence Lefeuvre se penche sur les différentes valeurs du marqueur discursif et bien dans un corpus oral, qu’elle compare à un corpus écrit.


Bibliographie

  • Bibliographie des études consacrées à bien[41][41] La bibliographie contient les titres cités dans la...

    • Anscombre J.-C., 2001, «  À coup sûr / Bien sûr : des différentes manières d’être sûr de quelque chose », in Dupuy-Engelhardt H., Palma S. & Tyvaert J.E. éds, Actes des Journées Scientifiques 2000. Les phrases dans les textes : Les sons et les mots pour les dire. Les connecteurs du discours. L’opposition verbo-nominale en acte, Presses Universitaires de Reims, p. 135-160.
    • Aslanov C., à par., «  Combien ! vs. comme ! : diachronie, diatopie, typologie. », in Gautier A. & Verjans T. éds, Comme, comment, combien : concurrences et complémentarité, quelle(s) théorie(s) ?, Paris, L’Harmattan, p. 36-54.
    • Auchlin A., 1981a, «  Mais heu, pis bon, ben alors, voilà, quoi ! Marqueurs de structuration de la conversation et complétude », Cahiers de linguistique française, 2, p. 141-159.
    • Auchlin A., 1981b, « Réflexions sur les marqueurs de structuration de la conversation », Études de linguistique appliquée, 44, p. 88-103.
    • Bacha J., 2001, « Le déterminant adverbial pas mal de », L’information grammaticale, 88, p. 16-22.
    • Bacha J., 2004, «  Bien du/ de la/ des, déterminant appréciatif », Revue de sémantique et pragmatique, 15/16, p. 33-50.
    • Bacha J., 2005, « La ‘locution’ adverbiale pas mal : entre quantité et qualité », Scolia, 20, p. 31-47.
    • Benveniste E., 1974, « Mécanismes de transposition », in Problèmes de linguistique générale 2, Paris, Gallimard, p. 113-125.
    • Boillot F., 1938, «  Il était bien à Constantinople », Le Français moderne, 6, p. 44.
    • Borillo A., 1976, « Les adverbes et la modalisation de l’assertion », Langue Française, 30, p. 74-89.
    • Bouchaddakh S., 2003, Étude lexico-sémantique de BIEN et BEN, Mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke.
    • Bouchaddakh S. & Dostie G., 2007, « Sens lexical, sens grammatical et sens discursif : un continuum ? Quelques réflexions à partir du cas de b(i)en », in Larrivée P. éd, Variation et stabilité du français. Des notions aux opérations. Hommage à Jean-Marcel Léard pour ses soixante ans, Bruxelles, Peeters, Bibliothèque de l’information grammaticale, 61, p. 15-32.
    • Bourquin G., 1983, « Les opérations linguistiques sous-jacentes aux emplois de bon, bien et beau en français », Studia linguistica, 37-2, p. 49-82.
    • Bruxelles S. & Traverso V., 2001, «  Ben : apport de la description d’un “petit mot du discours” à l’étude des polylogues », Marges linguistiques, 2, p. 38-55.
    • Chevalier G., 2002, « La concurrence entre les marqueurs ‘well’ et ‘ben’ dans une variété métissée du français acadien », Cahiers de sociolinguistique, 7, Presses Universitaires de Rennes, p. 65-81.
    • Chevalier G., 2007, « Les marqueurs discursifs réactifs dans une variété de français en contact intense avec l’anglais », Langue Française, 154, p. 61-77.
    • Culioli A., 1978,, « Valeur modale et opérations énonciatives », Le Français moderne, 46-4, p. 300-317, réédité dans Culioli A., 1990, Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 1. Opérations et Représentations, Paris, Ophrys, p. 135-155.
    • Culioli A., 1988, « Autres commentaires sur bien », in Blanche-Benveniste C., Chervel A. & Gross M. éds, Grammaire et histoire de la grammaire : hommage à la mémoire de Jean Stefanini, Aix-en-Provence, Université de Provence, p. 169-180, réédité dans Culioli A., 1990, Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 1. Opérations et Représentations, Paris, Ophrys, p. 157-168.
    • D’Amboise L. & Léard J.-M., 1996, «  Bien et ben en français québécois : un mot polysémique ou deux mots distincts ? », in Fall K., Léard J.-M. & Siblot P. éds, Polysémie et construction du sens, Montpellier, Praxilling, p. 151-170.
    • Danon-Boileau L. & Morel M.-A., 1992, « Opérations énonciatives et valeurs argumentatives : étude de trois marqueurs concessifs ( bien que, même si, encore que) », in Perrin I., Approches énonciatives de l’énoncé complexe, Louvain-Paris, Peeters, p. 7-20.
    • Dauzat A., 1938, «  Il était bien à Constantinople », Le Français moderne, 6, p. 44.
    • Mocassins Waldläufer 496510172120 Platine Henni Femmes Defrancq B., 2001, « Que peuvent bien pouvoir et bien ? », Cahiers Chronos, 8, p. 33-46.
    • De Vogüé S., 1992, « Aux frontières des domaines notionnels : bien que, quoique et encore que », L’information grammaticale, 55, p. 23-27.
    • Donaire M. L., 2004, « Dinámica concesiva y estereotipos : el caso de bien que y quoique », in Suso J. & Lózes Carrillo R. éds, Le français face aux défis actuels. Histoire, langue et culture, Granada, APFUE-GILEC, vol. II, p. 45-54.
    • Dostie G., 2004, Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexicographique, Bruxelles, Ducul. éds, La linguistique de la contradiction, Bern, Peter Lang, coll. Grammot/De Boeck.
    • Dostie G., 2013, « Réduplication et négation dans le domaine des quantifieurs/intensifieurs. BEN/ BEN BEN et [BEN BEN ] NÉG en français québécois », in François J., Larrivée P., Legallois D. & Neveu F-R, p. 117-136.
    • Dostie G. et Push C., 2007, Présentation : les marqueurs discursifs, Langue française, 154, p. 3-12.
    • Douaud P. C., 1979, « A note on the French Moderator bien », Anthropological Linguistics, 21, p. 110-111.
    • Ducrot O., 1973, La preuve et le dire, Paris, Mane.
    • Ducrot O., 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.
    • Duprey D., 1981, «  Bien et le concept : existence et modalité », BULAG, 8, Université de Besançon, p. 16-58.
    • Duprey D., 1995, L’universalité de bien, Bern, Peter Lang.
    • Fohlin M., 2008, L’adverbe dérivé modifieur de l’adjectif : étude comparée du français et du suédois, Acta Wexionensia, 153, Växjö, Växjö University Press.
    • Gaatone D., 1990, « Éléments pour une description de bien quantifieur », Revue de linguistique romane, 54, p. 211-230.
    • Guimier C., 1996, Les adverbes du français : Le cas des adverbes en –ment, Paris, Ophrys.
    • Guimier C., 2009, « De la comparaison à l’énonciation : le cas de aussi bien », Langue Française, 141, p. 97-114.
    • Gülich E., 1970, Makrosyntax der Gliederungssignale im gesprochenen Französisch, München, Fink.
    • Hansen M.-B. M., 1995a, « Marqueurs métadiscursifs en français parlé ; l’exemple de bon et ben », Le français moderne, 63-1, p. 20-42.
    • Hansen M.-B. M., 1995b, «  Eh bien : marker of comparison and contrast », in Engberg-Pedersen E. et al. eds, Content, Expression, and Structure : Studies in Danish Functional Grammar, Amsterdam, John Benjamins, p. 315-342.
    • Hansen M.-B. M., 1998a, The function of discourse particles. A study with special reference to spoken Standard French, Amsterdam, John Benjamins.
    • Hansen M.-B. M., 1998b, « La grammaticalisation de l’interaction. Pour une approche polysémique de l’adverbe bien », Revue de sémantique et pragmatique, 4, p. 111-138.
    • Hopper P. & Traugott E., 2003, Grammaticalization, Cambridge, Cambridge University Press.
    • Hwang Y.-A., 1992, « Eh bien », « alors », « enfin » et « disons » en français parlé contemporain, thèse de doctorat, Université de Paris-3–Sorbonne Nouvelle.
    • Hwang Y.-A., 1993, «  Eh bien, alors, enfin et disons en français parlé contemporain », L’information grammaticale, 57, p. 46-48.
    • Jayez J., 1982, «  Quand bien même pourtant, pourtant quand même ; Concession et consécution dans le discours », Cahiers de linguistique française, 4, p. 189-217.
    • Junker M.-O. & Vinet M.-T., 1995, « Les propriétés lexicales et syntaxiques de benben en français québécois », Revue canadienne de linguistique, 40-1, p. 77-97.
    • Kolstrup S. & Sand J. U., 1982, «  Quand c’est à l’ombre… ben ça reste au frais », (Pré)publications, 70, p. 41-62.
    • Larrivée P., 2001, L’interprétation des phrases négatives : portée et foyer des négations en français, Paris, Duculot.
    • Mocassins Rôdeur couleur Hegli Marron Hegli Rôdeur Marron Rôdeur couleur Mocassins xqX4w8SX Lenepveu V., 2007, « Intensification et opposition : l’adjectif intensif à valeur argumentative », Travaux de linguistique, 55, p. 45-60.
    • Lesage D., 1985, « Note sur l’emploi du mode après bien que », Langues et linguistique, 9, p. 175-190.
    • Letoublon F., 1983, «  Pourtant, cependant, quoique, bien que : dérivation des expressions de l’opposition et de la concession », Cahiers de linguistique française, 5, p. 85-110.
    • Luzzati D., 1982, «  Ben, appui du discours », Le Français moderne, 50-3, p. 193-208.
    • Margerie H., 2005, « Comparaison entre pretty en anglais et pas mal et bien en français : grammaticalisation de la notion d’évaluation scalaire », Travaux du CERLICO, 18, p. 67-79.
    • Martin R., 1990, « Pour une approche vériconditionnelle de l’adverbe bien », Langue Française, 88, p. 80-89.
    • Martin R., 2003, «  Bien adverbe de phrase en moyen français », in Vanneste A. et al. éds, Mémoire en temps advenir. Hommage à Theo Venckeleer, Leuven/Paris, Peeters, p. 429-436.
    • Métrich R., 1987, « Petit dictionnaire bilingue permanent des interjections, particules et autres ‘mots du discours’ » : VII. Eh bien », Nouveaux cahiers d’allemand, 2, p. 181-192.
    • Michiels S., 1995, « Les valeurs appréciatives, intensives, confirmatives et concessives de l’adverbe bien », Scolia, 3, p. 155-163.
    • Michiels S., 1997, « Étude sémantique et syntaxique du mot bien », Lingvisticae Investigationes, 21, p. 439-441.
    • Michiels S., 1997, « L’interaction de l’adverbe bien avec la modalité thétique et interrogative », Actes du 8e colloque international de psychomécanique, Seyssel, Champion, p. 115-128.
    • Michiels S., 1998, « De la quantification à la cohérence textuelle : le cas de aussi ( bien) », Travaux de Linguistique, 36, p. 103-113.
    • Millet C., 2002, «  Bien que et quoi que : Deux manières différentes d’exprimer la concession », Cahiers AFLS, 8-1, p. 10-15.
    • Moline E., 2011, «  Bien, mal, pas mal : Évaluation qualifiante, quantitative et intensive », Agapes francophones 2011, Timisoara, Mirton, p. 311-327.
    • Moline E., à par., « Monosémie ? Polysémie ? Homonymie ? Polycatégorialité ? Hétérosémie ? Quelle(s) théorie(s) pour la description de bien ? », Actes du XIXe Séminaire de Didactique Universitaire (Constanta 2012), Recherches ACLIF, Cluj, Echinox.
    • Molinier C. & Lévrier F., 2000, Grammaire des adverbes : description des formes en –ment, Genève/Paris, Droz.
    • Morel M.-A., 1980, Étude sur les moyens grammaticaux et lexicaux propres à exprimer une concession en français contemporain, Doctorat d’État, Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.
    • Morel M.-A., 1996, La concession en français, Paris, Ophrys.
    • Nøjgaard M., 1995, Les adverbes du français. Essai de description fonctionnelle, vol. 3, Historisk-filosifiske Meddelelser 66, Copenhague, Munksgaard.
    • Platine Femmes Waldläufer Mocassins Henni 496510172120 Obenauer H., 1983, « Une quantification non-canonique : la quantification ‘à distance’ », Langue française, 58, p. 66-88.
    • Waldläufer Platine 496510172120 Mocassins Femmes Henni Péroz P., 1992, Systématique des valeurs de bien en français contemporain, Genève, Droz.
    • Petras C., 2008, « Le paradigme des adverbes d’intensification dans une variété de français acadien de la Nouvelle-Écosse : de l’adverbe de constituant à l’adverbe de phrase », communication au colloque La scalarité dans tous ses aspects, Gand, décembre 2008.
    • Ponchon T., 2005, « L’adverbe bien en français médiéval : des signifiés d’effet au signifié de puissance », in Soutet O. éd, La polysémie, Paris, PUPS, p. 245-266.
    • Rey A., 1995 2, Dictionnaire Historique de la langue française, Paris, Le Robert.
    • Roulet E., Auchlin A, Moeschler J, Rubattel C. & Schelling M., 1987, L’articulation du discours en français contemporain, Bern, P. Lang.
    • Sirdar-Iskandar C., 1980, «  Eh bien ! le Russe lui a donné cent francs. », in Ducrot O. et al. éds, Les mots du discours, Paris, Minuit, p. 160-172.
    • Sperber D. & Wilson D., 1986, Relevance. Communication and Cognition, Oxford, Blackwell Publishing.
    • Van Baardewijk39 41 6cm Romaines fine Talon 34 Xie Sandales Femme chaussures Shopping anti Gold Tous Confort dérapant Jours fête Les haut Ceinture q1wURaw J., 1989, « Les particules de modalités wel et bien : une approche contrastive néerlandais-français », Recherches de linguistique française d’Utrecht, 8, p. 13-20.
    • Van Baardewijk-Rességuier J., 1991, « Les particules de modalité wel et bien : une approche contrastive néerlandais-français », Cahiers de lexicologie, 59, p. 39-49.
    • Van Baardewijk-Rességuier J., 2002, « Analyse polyphonique de bien, marqueur du discours », Journal of French Language Studies, 12-3, p. 327-349.
    • Vicher A. & Sankoff D., 1989, « The Emergent Syntax of Pre-sentential Turn Openings », Journal of Pragmatics, 13, p. 81-97.
    • Vinet M.-T., 1996, « On certain adverbs of quantification in Quebec French », Probus, 8-2, p. 207-221.
    • Vladimirska E., 2008, « À propos de naturellement, bien entendu et bien sûr », L’information grammaticale, 119, p. 3-7.
    • Waltereit R., 2007, « À propos de la genèse diachronique de la combinaison de marqueurs. L’exemple de bon ben et de enfin bref », Langue Française, 154, p. 94-109.
    • Waltereit R. & Detges U., 2007, « Different functions, different histories : Modal particles and discourse markers from a diachronic point of view », Catalan Journal of Linguistics, 6, p. 61-80.
    • Winther A., 1985, «  Bon, ( bien, très bien) : Ponctuation discursive et ponctuation métadiscursive », Langue française, 65, p. 80-91.
  • Ressources électroniques

Notes

[*]

MoDyCo – CNRS, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

[1]

Sur ce point, voir notamment les travaux de Culioli (1978 et 1988), Martin (1990), Péroz (1992), Nøjgaard (1995), Hansen (1998b), Ponchon (2005), en faveur d’une analyse polysémique. Pour une analyse hétérosémique, voir Bouchaddakh & Dostie (2007) et Moline (à par.).

[2]

Sauf indication contraire, les exemples sont issus de la base textuelle Frantext.

[3]

Les emplois nominaux ne sont pas pris en considération : Et qui peut dire le bien que beaucoup de ses membres ont fait ? (Berr, Journal, 2008) ; L’auteur développe un schéma de planification, inspiré du modèle de Marx à deux secteurs, biens de production et biens de consommation (Perrut, Patria o muerte, 2009).

[4]

496510172120 Platine Femmes Henni Mocassins Waldläufer Dictionnaire Historique de la Langue Française.

[5]

Excepté avec les verbes qui se construisent nécessairement avec un complément de manière (type se comporter), une lecture alternative extraprédicative est généralement possible.

[6]

Sur les différences entre la portée et le foyer de la négation, voir Larrivée (2001).

[7]

Ces caractéristiques de l’adverbe de manière bien ont été régulièrement soulignées, voir notamment Martin (1990 : 80-81), Péroz (1992 : 36-37), Hansen (1998b : 112-113), etc.

[8]

Voir également Martin (1990 : 81-82).

[9]

Voir Molinier & Lévrier (2000 : 188-189).

[10]

Voir notamment Nøjgaard (1995), Guimier (1996), Molinier & Lévrier (2000), Fohlin (2008).

[11]

Sur les exemples comme […] et puis celui-là il était trop mal aimable (Winckler, La maladie de Sachs, 1998), voir Bacha (2001, 2005), ainsi que Moline (2011).

[12]

Voir Péroz (1992).

[13]

Voir également Lenepveu (2007).

[14]

Voir également Martin (1990) et Hansen (1998b).

[15]

Voir Bacha (2004)

[16]

Voir Obenauer (1983).

[17]

Voir l’exemple suivant, relevé lors d’un repas : – Tu en veux encore ? – J’en ai bien.

[18]

Voir Péroz (1992 : 83). Pour une interprétation alternative, voir Bacha (2004 : 47).

[19]

Le TLFi consacre toutefois une entrée à l’adjectif invariable bien.

[20]

Voir néanmoins l’exemple suivant : Et puis moi je le pleure bien pas, moi qui suis son frère. Il est vrai que maintenant j’y suis habitué à cette idée-là : qu’il est mort. (Queneau, Pierrot mon ami, 1942). Sur ce type d’exemples, voir Péroz (1992 : 97-98).

[21]

Sur les adverbes assertifs, voir Borillo (1976).

[22]

Morel (1996 : 23) étend ce fonctionnement à l’ensemble des emplois de bien décrit jusqu’ici. Selon cet auteur, en effet, « [l]a valeur fondamentale de bien est de marquer que la validité d’un jugement a fait l’objet d’un questionnement dubitatif ».

[23]

Sur ce point, voir l’article de C. Barbet dans ce volume.

[24]

La seule interprétation possible de cet énoncé consiste à interpréter très bien comme un adverbe de manière incident à témoigner.

[25]

Même remarque que précédemment : la seule interprétation possible de cet énoncé consiste à analyser bien comme un adverbe de manière incident à faire mon travail.

[26]

Les exemples donnés en [30], issus de corpus écrits, s’apparentent aux marqueurs discursifs dans la mesure où leur présence confère au texte un aspect clairement dialogique. Sur les différences entre oral authentique et oral représenté, voir l’article de F. Lefeuvre dans ce volume.

[27]

Voir Sirdar-Iskandar (1980).

[28]

Une étude phonologique précise de réalisations orales effectives serait sans doute nécessaire pour vérifier la prononciation exacte de bien en français hexagonal, des variations régionales n’étant pas à exclure. Luzzati (1982 : 193) relève des exemples comme ben des choses.

[29]

Voir D’Amboise & Léard (1996) ainsi que Bouchaddakh & Dostie (2007).

[30]

Voir Junker & Vinet (1995) et Dostie (2013).

Été yellow 37 Mary Chaussures Jelly Plage Chaussures Guang Impression D'eau Xing Jane Trou Femmes Pink Gouttelettes 37 Sandales qw6USnZv

Une variété de français acadien de la Nouvelle-Écosse fait usage de l’adverbe wellment (Petras, 2008) : a. N’hésite pas a repasser sr mn profil,1 pti kiss au passage, en esperant que tu profites ‘Wellment’ de ts vacances ! (www.myspace.com/sweetymisty) ; b. Séries TV qui passent en France (ou pas encore) [Archives] – Buzz … il faut mater Reaper, Alien in America et Californication ! ! Oh et puis aussi Robot Chicken pour les gens qui speak l’english very wellment (www.buzzcomics.net/archive/index.php/t-24549.html). Mes remerciements à P. Larrivée, qui a collecté ces exemples sur « Google Canada français ».

[32]

Voir Auchlin (1981a : 151).

[34]

Voir Aslanov (à par.).

[35]

Dictionnaire du Moyen Français.

[36]

Voir notamment Danon-Boileau & Morel (1982), Jayez (1982), Letoublon (1983), De Vogüé (1992) et Millet (2002).

[37]

Sur ce point, voir l’article de M. Pierrard dans ce volume.

[38]

Voir Michiels (1998) et Guimier (2009).

[39]

Voir Anscombre (2001) et Vladimirska (2008).

[40]

Sur les différences entre combinaison libre de marqueurs discursifs (bon, ben) et combinaison de marqueurs discursifs stockée en mémoire (marqueur discursif complexe bon ben), voir Waltereit (2007), ainsi que l’article de G. Dostie dans ce volume.

[41]

La bibliographie contient les titres cités dans la présentation, ainsi que les références d’autres travaux consacrés à bien.

Plan de l'article

  1. 1 - Introduction
  2. 2 - Bien, adverbe de constituant
  3. 3 - Emplois « adjectivaux »
  4. 4 - Bien adverbe extraprédicatif
  5. 5 - Pour Femme Pour Pour Spenco Spenco Mules Femme Femme Mules Spenco Brun Brun Mules UxtZnBien et les modaux
  6. 6 - Bien marqueur discursif
  7. 7 - Ben variante de bien ?
  8. 8 - Bien constituant d’un morphème subordonnant ou d’un marqueur discursif
  9. 9 - Conclusion

Pages 7 - 26 Article suivant
Femme Pour amp; Sandales Wear Doré Walk Uk fnXqwxAp
Platine Henni Femmes Mocassins Waldläufer 496510172120 qIwAFdA8 Platine Henni Femmes Mocassins Waldläufer 496510172120 qIwAFdA8 Platine Henni Femmes Mocassins Waldläufer 496510172120 qIwAFdA8
© 2010-2018 Cairn.info
Connexion en cours. Veuillez patienter...
Mid Pour cn40 us8 Bout Brun Neige 5 Chaussures Bleu Athletic eu39 Rond Printemps black Bottes Automne Café 5 Confort Zhudj uk6 calf Femmes Noir Gris qHvSAww5
496510172120 Waldläufer Platine Femmes Mocassins Henni